Sous l'impulsion du Père Jean-Pierre Médaille, Jésuite, la congrégation des Sœurs de Saint Joseph devient en 1650 une congrégation reconnue.

L'intuition première demeure dans toute sa force : la consécration au cœur du monde afin de répondre aux besoins du temps : aucune œuvre spécifique n'est privilégiée, tout doit concourir à « l'union des hommes entre eux et avec Dieu »

Une orientation importante : les religieuses œuvrent en collaboration avec les laïcs.

Le Père Médaille n'a prévu pour les sœurs aucun apostolat spécifique, elles doivent travailler à « l'unité des hommes entre eux et avec Dieu, par toutes les œuvres de miséricorde, tant spirituelles que corporelles »

Une spiritualité est une manière propre d'entrer dans l'Evangile. L'esprit d'une congrégation est la façon dont l'Esprit Saint agit dans et entre les personnes : nous en vivons.

L'expérience spirituelle vécue par les sœurs de Saint Joseph tout au long de leur histoire dessine l'esprit commun.

  • La dimension eucharistique : Quand le Père Médaille se lance dans la fondation d'une nouvelle forme de vie religieuse, il n'existe dans l'Eglise aucun modèle auquel il puisse se référer. Dans la contemplation du mystère de l'Eucharistie, il acquiert la certitude que son modeste projet vient bien de Dieu. « Dieu m'a fait voir » dit-il. Le « petit dessein » sera invisible aux yeux du monde, mais il devra rayonner l'amour de Dieu et du prochain. C'est le mystère d'un Dieu caché, « anéanti », parce que totalement donné aux hommes. « Nul n'a plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis » (Jn 15,13) « Le christ n'a pas retenu le rang qui l'égalait à Dieu, mais il s'est anéanti, se faisant semblable aux hommes... » (Ph 2, 5-11)

L'Esprit Saint Joseph c'est donc :

  • Une spiritualité trinitaire : Au Père est rattachée la perfection, en écho à la parole de Jésus : « vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5-48) Le fils est caractérisé par l'anéantissement. La « folie » de l'amour conduit Jésus à vivre, souffrir, mourir. L'Esprit est défini par la diffusion de l'amour. L'Esprit fait toujours du neuf.
  • Le travail à la double union : la concrétisation de l'amour trinitaire est la « double union » Dans la lettre eucharistique, l'expression revient souvent sous la plume du Père Médaille : « union des hommes à Dieu, union de tous les hommes entre eux ». Nous sommes appelés à travailler à l'unité, en vivant et en faisant vivre ce lien d'Amour.
  • La vie communautaire dans la cordialité et la simplicité : c'est l'expression concrète de la compassion et de l'Amour.
« Comme le Christ serviteur, se livrant pour la foule sans pain et sans amour, nous sommes pressées de donner toute notre vie, pour que les hommes reçoivent « la vie en abondance » et que l'Amour du Père soit révélé » (texte fédéral des Sœurs de Saint Joseph N° 46.)